Pascal Bénard

Pascal Bénard

Pascal Bénard

5 images de Venise sous la neige Venise, La Sérénissime, porte bien son nom. Quelle ville au monde a cette capacité à vous transporter autant dans le temps et témoigner de son passé rayonnant ?

Par beau temps Venise étale au grand jour ses couleurs et son architecture somptueuse à tel point que quelle que soit la direction où l’on pose son regard il y a toujours quelque chose qui ravit le visiteur curieux et attentif.

Mais la véritable magie de Venise opère lorsqu’il brume, en novembre ou lorsqu’il neige, ce qui est plutôt rare et ce qui rend ce moment encore plus intense; la belle s’enveloppe alors d’un manteau et d’une atmosphère qui la rendent véritablement unique ; les sons, comme amortis, et les rues quasi désertes amplifiant cette sensation de découvrir son vrai visage, celui de son glorieux passé où mystère, diplomatie et trahison étaient de mise.

Le Noir & Blanc s’impose dès lors pour retranscrire ce ressenti, mélange d’appréhension et d’envoûtement, mais également de profonde excitation, l’œil collé dans le viseur.

La série part d’un symbole simple afin de situer la période (l’hiver) et le lieu (Venise, à laquelle les gondoles sont associées), puis présente 3 ambiances représentatives de l’ambiance si particulière qui règne à ce moment précis, où l’Homme n’apparaît que de manière sporadique.

« Séchage à l’italienne » symbole d’une vie bien présente, montre une rue du quartier du Castello, à Venise.

« View from the High Line » ou l’urbanisation est plus moderne mais l’Homme y apparaît comme enfermé ou noyé entre les murs de la cité.

« Concrete & Steel » Un peu comme le dessous des cartes, une vue de la cité où tout n’est que travail, béton et acier et renforce le point de vue de View from the High Line

« Black and White » L’Homme dans son environnement urbain de manière plus marquée. En plus d’y travailler, il semble s’y accommoder. De part son attitude on comprend qu’il fait une pause et qu’il prend son temps. Les ombres et lumières donnent de la force et l’opposition entre la voiture noire et la voiture blanche symbolise toute l’ambivalence de vivre en ville.

« Crossing the Street » quand l’Homme prend possession de la ville et évolue dans son environnement avec aisance. Ceci est symbolisé par la femme en tailleur qui traverse en passant un coup de fil à partir de son portable. Elle est totalement intégrée dans la cité.

Pascal BENARD

Pascal BENARD

 

Ce contenu a été publié dans Pascal Bénard, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.